Chirurgie du foie ou hépatectomie : Pathologies traitées

Tumeurs cancéreuses

Carcinomes hépatocellulaires

Les tumeurs cancéreuses du foie sont soit primitives (provenant du foie lui même) soit secondaires (provenant d’un cancer d’un autre organe, on parle de métastases).

Les tumeurs primitives du foie les plus fréquentes sont les carcinomes hépatocellulaires (ou CHC ou hépatome).

Il s’agit de tumeurs se développant la plupart du temps sur un foie pathologique : intoxication chronique à l’alcool, infection aux virus de l’hépatite B ou C, surcharge en graisse, en fer ou en cuivre etc.

Il existe plusieurs traitements possibles de ces tumeurs, en fonction de leur nombre, de leur taille, et de la sévérité de la maladie du foie sous-jacente. L’exérèse chirurgicale peut être proposée.

L’intervention chirurgicale aura pour but d’enlever la tumeur ainsi que le(s) segment(s) de foie irrigué(s) par les mêmes vaisseaux que la tumeur, de façon à limiter le risque de récidive.

Cette intervention pourra être précédée d’une préparation visant à optimiser les capacités de régénération du foie restant. Cette préparation consiste en l’obstruction des vaisseaux prenant en charge la portion du foie qui sera retirée chirurgicalement. Ce(s) geste(s) appelé embolisation est réalisé par les radiologues interventionnels.

Cholangiocarcinomes

Les cholangiocarcinomes sont des tumeurs primitives du foie se développant à partir des canaux transportant la bile. Ces tumeurs peuvent se situer dans le foie, dans la vésicule biliaire ou au niveau des conduits biliaires principaux.

La chirurgie est le traitement de référence de ces tumeurs, en l’absence de métastases, ou d’envahissement local trop important.

L’intervention aura pour but d’enlever la tumeur avec une marge de sécurité suffisante, ainsi que les ganglions situés sous le foie. En fonction de la localisation de la tumeur, l’exérèse d’une portion de foie plus ou moins importante, et une reconstruction des canaux biliaires peut être nécessaire. De même, des gestes interventionnels peuvent s’imposer avant l’opération.

Il peut s’agir :

  • Du drainage de la bile ne pouvant plus s’écouler, soit vers l’intestin (geste effectué en endoscopie ou en radiologie) soit vers l’extérieur dans une poche (geste effectué en radiologie) ;
  • D’une embolisation des vaisseaux irriguant la portion de foie qui sera retirée chirurgicalement (geste effectué en radiologie).

Métastases

Les métastases hépatiques sont les tumeurs malignes les plus fréquentes.

Elles sont secondaires à la dissémination d’un cancer issu d’un autre organe vers le foie.

Pour certains cancers, notamment les cancers du colon et du rectum avec métastase hépatique, une association de traitements visant à la guérison du cancer peut être proposé : chimiothérapie, chirurgie des métastases hépatiques, chirurgie de la tumeur primitive, destruction des métastases hépatique, radiothérapie etc.

La chirurgie des métastases hépatiques a pour but d’enlever les lésions, en épargnant au mieux le foie non tumoral. Cette chirurgie peut se faire en une ou deux séances, parfois après une embolisation des vaisseaux irriguant les segments de foie contenant la ou les métastases. Une chimiothérapie est souvent réalisée avant la chirurgie (pour augmenter les chances de résection complète) et après l’intervention (pour diminuer le risque de récidive).

Tumeurs à risque de dégénérescence

Les adénomes du foie sont des tumeurs rares, découvertes habituellement fortuitement au cours d’un examen radiologique. Les risques de ces lésions sont la transformation en lésion cancéreuse (carcinome hépato-cellulaire), et le saignement.

Le diagnostic d’une adénome peut nécessiter plusieurs examens radiologiques voire une biopsie. Une fois le diagnostic affirmé, une chirurgie peut être discutée si les caractéristiques de cette tumeur sont à risque de dégénérescence ou de saignement grave. En l’absence de critères d’inquiétude une surveillance peut être proposée. Pour ces tumeurs, la chirurgie consiste en une exérèse de la lésion, en préservant le foie non tumoral.

Lésions infectieuses

La majeure partie des infections du foie sont prises par les médecins hépatolo-gastro-entérologues et infectiologues. Dans des cas rares, une chirurgie peut être nécessaire. En cas d’infection parasitaire (kyste hydatique, échinococcose alvéolaire), l’exérèse chirurgicale de la portion de foie contenant le parasite est habituellement recommandée. Plus rarement, en cas d’abcès du foie (poche de liquide purulent dans le foie), une évacuation chirurgicale peut être réalisée. Dans tous les cas, un traitement anti-infectieux est associé.

Lésions bénignes

Les lésions bénignes du foie sont relativement fréquentes et sont souvent découvertes de manière fortuite lors d’un examen radiologique. Les lésions bénignes les plus communes sont les kystes hépatiques (poche de liquide dans le foie), les angiomes (tumeur vasculaire bénigne) et les hyperplasies nodulaires et focales (portion de foie normal prenant la forme d’une tumeur). Si le diagnostic est évident à l’examen radiologique, ou confirmé à l’aide d’une biopsie, ces lésions ne nécessitent ni traitement ni surveillance.

Dans certains cas, ces lésions entraînent des symptômes gênants : douleur, gêne, perception d’une masse. Ces symptômes surviennent habituellement sur des lésions volumineuses ou sur des lésions plus petites pouvant se tordre sur elle même. Dans ces situations, une intervention chirurgicale peut être proposée.

Chirurgie du foie ou hépatectomie : Présentation

Chirurgie du foie ou hépatectomie : Traitements

Chirurgie du foie ou hépatectomie : Des réponses à vos questions

Contenu modifié le 04/04/19

Centre Expert en Récupération Améliorée

grace logoGRACE est un groupe créé en 2014 dans le but de favoriser le développement et la diffusion de la réhabilitation améliorée après chirurgie.

Centre Expert en Obésité

cso logoLe Centre Spécialisé de l’Obésité est reconnu par le Ministère de la santé et internationalement renommé dans le traitement et la prise en charge de l’obésité.